par Hector Launay

 paru dans le n° 3 de 2016

Alors que cela fera bientôt 100 ans que notre cher Papus s’est désincarné, le 25 octobre1916, il nous a paru important de présenter ici cette autre revue qu’il créa en plus de la revue L’Initiation : le Voile d’Isis.


Non content d’avoir lancé la revue mensuelle l’Initiation en octobre 1888, l’infatigable Papus décide en 1890 de lancer une revue hebdomadaire, le Voile d’Isis, qui est l’organe hebdomadaire du Groupe indépendant d'études ésotériques de Paris. Cette décision fait suite à sa rupture avec la société théosophie de Madame Blavatsky.

« L’Initiation, à la faveur des diverses polémiques et des nombreuses soirées de propagande, constituait une réussite commerciale : le nombre des abonnés ne cessait de doubler […] Une revue mensuelle vouée aux questions théoriques ne suffisant plus à satisfaire au « besoin d’une propagande vraiment active » qui se faisait sentir, Papus créa le Voile d’Isis, nouveau tréteau hebdomadaire spécialisé dans les « polémiques courantes »[1]

Cette revue sera publiée jusqu’en 1935 bien après la mort de Papus et perdurera même jusqu’en 1992 sous le titre de « Etudes Traditionnelles » (1936 à 1992).

Elle connaîtra plusieurs séries avec quelques interruptions et des changements de périodicité ainsi que de sous-titres que nous allons détailler ci-après.

I - La première série hebdomadaire de novembre 1890 à novembre 1898

La 1ère série a pour sous-titre Journal hebdomadaire ésotérique et paraîtra du mercredi 12 novembre 1890 avec le n°1 jusqu’au lundi 7 novembre 1898 avec le n° 331. Cette première série est divisée en 9 volumes qui correspondent approximativement aux 9 années de parution (1890 à 1898). Seule cette première série est hebdomadaire avec parution le mercredi sauf pour les 2 derniers numéros 330 et 331 parus le lundi. Chaque numéro consiste en un livret de 8 pages et ensuite de seulement 4 pages à partir du n° 231 du 5 février 1896. Les tout premiers numéros ont paru dès septembre 1890 sous une forme non typographiée avant ce premier numéro typographié de novembre 1890.

On imagine aisément la difficulté à produire 8 pages hebdomadaires et on ne peut que saluer l’exploit d’avoir tenu à ce rythme sur une telle durée. Vous pouvez télécharger et consulter plusieurs de ces numéros sur le site officiel de la revue L’Initiation sur la page consacrée à la revue Le Voile d’Isis.

En couverture, deux encadrés contiennent les maximes « Le surnaturel n’existe pas » et « Le hasard n’existe pas ». Le Directeur en est Papus, le rédacteur en chef Augustin Chaboseau, puis Julien Lejay puis enfin Lucien Mauchel (Lucien Chamuel) qui fut dans un premier temps Secrétaire de la Rédaction, les secrétaires de rédaction Paul Sédir (Yvon Le Loup) et Noël Sisera (Léon Champrenaud). Chaque numéro est vendu 10 centimes. Les abonnements sont de 1 franc pour 2 mois, 3 francs pour 6 mois et 5 francs pour un an. L’administration est située dans un premier temps au 29 rue de Trévise dans le 9ème arrondissement jusqu’au milieu du volume 5, puis ensuite au 79 rue du faubourg Poissonnière dans le 9ème pour les derniers numéros du volume 5 et pour le volume 6 puis ensuite au 5 rue de Savoie (et au 4 rue de Savoie pour la rédaction) dans le 6ème arrondissement de Paris pour les volumes 7, 8 et 9. Il s’agit en fait des locaux successifs de la librairie Chamuel.

Un immense succès : 100.000 lecteurs en 1892

Le succès de la revue est considérable et le nombre de lecteurs très impressionnant comme on peut le lire ici : « Le Voile d'isis, née de la rupture de Papus avec la Société Théosophique, draine jusqu'à 100.000 lecteurs en 1892[2]  ».

Ou encore : « Les activités éditoriale du Groupe, dans le même temps, ne cessaient de se décupler. Le Voile d’Isis, en janvier 1892, sortit un « numéro exceptionnel » tiré à cent mille exemplaires, lesquels furent distribués à domicile ; à cet important effort publicitaire s’ajoutaient les fascicules gratuits de la Bibliographie de la science occulte par Papus et Chaboseau. L’organisation du GIEE paraissait désormais acquise… [3]  »

Voici le texte de la page 1 du numéro 1 du 12 novembre 1890 :

Le Groupe Indépendant d’études ésotériques publie aujourd’hui le premier organe hebdomadaire d’occultisme que possède la France. C’est là une preuve de succès qui se passe de commentaires. Rappelons que nous avons débuté sans autre fortune que notre ferme volonté et notre foi en l’avenir.

Le Voile d’Isis, désormais typographié, commence donc en réalité avec ce numéro. Aussi, avons-nous décidé que tous les abonnés actuels recevraient intégralement leur année d’abonnement sans tenir compte des numéros autographiés qu’ils peuvent posséder. Les nouveaux abonnés seuls auront à payer 5 fr. au lieu de 3 fr. par an.

Le programme du Voile d’Isis est celui du Groupe lui-même. Liberté absolue pour tous ; mais défense énergique contre toute attaque d’où qu’elle vienne. Notre organe hebdomadaire sera donc tout différent de la Revue mensuelle l’Initiation. La Revue continuera d’être ce qu’elle a toujours été, une tribune libre de haute Science, indifférente à la polémique personnelle.

Le Voile d’Isis se mêlera davantage à la vie de chaque jour ; les mouvements dans les diverses sociétés, l’infiltration de la Science occulte dans la littérature et l’art contemporain seront étudiés soigneusement. De plus les séances de spiritisme, de magie et d’occultisme, faites dans les Groupes fermés, seront analysées, les conférences publiques seront résumées pour les membres de Province et de l’Etranger et pour ceux qui ne peuvent suivre régulièrement les travaux du Quartier Général.

Toutes les branches du Groupe recevront gratuitement le Voile d’Isis  qui contiendra tous les avis officiels émanant du Comité de direction.

Les noms de Augustin Chaboseau, Lucien Mauchel, etc. sont assez … … …

II - La nouvelle série mensuelle de novembre 1905 à décembre 1909

C’est seulement en novembre 1905, après une interruption d’exactement 7 ans, que la revue le Voile d’Isis réapparaît avec cette fois-ci une périodicité mensuelle. Il est évident que la périodicité hebdomadaire demandait un travail trop important à nos amis bénévoles du Groupe indépendant d'études ésotériques. Cette nouvelle série (2ème série) comprendra 50 numéros répartis en 5 volumes et verra se succéder 3 sous-titres. Ainsi, du n° 1 au n° 26, c’est le Journal d'études ésotériques, psychiques et divinatoires, puis du n° 27 au n° 45, la Revue d'études ésotériques, psychiques et divinatoires et enfin du n° 46 au n° 50, la Revue mensuelle d'études ésotériques, psychiques et divinatoires.

L’administration est située au 11 quai Saint-Michel dans le 4ème arrondissement au siège de la Librairie Générale de Sciences Occultes, la fameuse librairie Chacornac. En effet, Henri Chacornac en est le gérant, Papus en est toujours le Directeur et Etienne Bellot est le Rédacteur en Chef. La revue se remplume et revient à 8 pages et même à 16 pages dès le n° 5 et l’abonnement est de 3 francs par an (pour 12 numéros).

Dès le n° 31 de mai 1908, le rédacteur en chef Etienne Bellot a disparu et seul Papus subsiste dans l’ours toujours en tant que Directeur. Dans le n° 33 de juin 1908, Paul Chacornac succède à son père Henri (décédé en 1907, son décès est annoncé dans le n° 20 de juin 1907, ses obsèques ont lieu le jeudi 30 mai 1907 au cimetière de Bagneux) en tant qu’administrateur-gérant.

Il est à noter qu’il est possible de suivre le célèbre congrès de juin 1908 (du dimanche 7 juin au mercredi 10 juin 1908) dans les numéros de cette série. Le programme de ce congrès est également visible dans les numéros de mai, juin et juillet 1908 de la revue l’Initiation.

III - La troisième série mensuelle de janvier 1910 à août 1914

La 3ème série a pour sous-titre Revue mensuelle d'Études ésotériques, psychiques et divinatoires et comptera 56 numéros mensuels, elle paraîtra jusqu’à la veille de la Grande Guerre, le dernier numéro étant le n° 56 de août 1914. Chaque numéro comprendra 24 pages (50 centimes le numéro et 5 francs l’abonnement annuel), puis 48 pages avec gravures à partir du numéro 37 de janvier 1913 (tarifs inchangés) et enfin 56 pages avec gravures à partir du numéro 40 d’avril 1913.

Les collaborateurs sont nombreux et certains sont déjà célèbres. On peut citer ceux indiqués sur la couverture : Georges Allié, F.-Ch. Barlet, Jules Bois, Ernest Bisc, Gaston Bourgeat, Jacques Brieu, R. Buchère, Léon Combes, Edmond Dacé, Debeo, Dr Gaspard, A. Gaudelette, Grillot de Givry, Abel Haatan, Dr Marc Haven, Albert Jounet, Julevno, Kadochem, L. de Lamandie, L Le Leu, Dr Papus, Phaneg, Paul Redonnel, P. de Regla, Léon Riotor, A. de Rochetal, A. Rougier, Han Ryner, Gaubert Saint-Martial, Sédir, Ely Star, Tanibur, Tidianeuq, J. Williams, Oswald Wirth. L’administration est toujours située au 11 Quai Saint-Michel, Librairie Générale de Sciences Occultes, Bibliothèque Chacornac.

IV - La quatrième série mensuelle de janvier 1920 à décembre 1935

Il faut attendre janvier 1920 pour voir réapparaître la revue le Voile d’Isis grâce à l’initiative de Paul Chacornac. Papus a quitté ce monde le 25 octobre 1916, laissant toute son équipe orphelin. Néanmoins, Paul Chacornac relance la revue avec pour sous-titre REVUE PHILOSOPHIQUE DES HAUTES ÉTUDES. Cette 4ème série comprendra 192 numéros mensuels du n° 1 de janvier 1920 (25ème année) au n° 192 de décembre 1935 (40ème année).

Plusieurs numéros spéciaux

Cette quatrième série, créée par les Editions Chacornac pour servir de réceptacle de publication à René Guénon verra naître de nombreux numéros spéciaux thématiques comme par exemple :

·        L’Alchimie – décembre 1926

·        La Médecine Hermétique – juin 1927

·        Les Rose-Croix – août-septembre 1927

·        L’Astrologie

·        Le Tarot - 1928

·        Les Gemmes – août 1929

·        Les Templiers - août-septembre 1929

·        Jacob Boehme – avril 1930

·        Le Compagnonnage – avril 1934

·        La Tradition Islamique - août-septembre 1934

·        La Tradition rosicrucienne

 

V - Études Traditionnelles de janvier 1936 à décembre 1992

En janvier 1936 naîtra la revue Etudes Traditionnelles, dans la droite succession du Voile d’Isis. Cette dernière disparaîtra en décembre 1992. Elle connaîtra aussi des numéros spéciaux thématiques :

·        Le Tantrisme hindou, n° 212-213, août-septembre 1937

·        Le Soufisme, n° 224-225, août-septembre 1938.

·        Le Folklore, n° 236-237-238, août, septembre, octobre, 1939

·        René Guénon, n° 293-295, 1951



[1] Papus, biographie, la Belle Époque de l’occultisme p. 77, par Marie-Sophie André et Christophe Beaufils, collection « faits et représentation » chez Berg international, 1995

[2] Les revues et la dynamique des ruptures, sous la direction de  Jean Baudouin et François Hourmant, Collection Res Publica, Presses universitaires de Rennes, 2007

[3] Papus, biographie, la Belle Époque de l’occultisme p. 92, par Marie-Sophie André et Christophe Beaufils, collection « faits et représentation » chez Berg international, 1995

 

 

 

 

 

 

Aller au haut